Spectacles

IMPEDIMENTA

Qu’est-ce qu’un corps qui ne peut plus danser, qui ne peut plus étreindre, s’exprimer, respirer ? Comment pouvons-nous vivre sans cette communion générée par la danse, sans cette transe qui permet de sortir de notre quotidien, de nous transcender ?

Afin de créer un instantané de cette période de solitude et de manques, Maya lance de nouveaux collectages.

Avec le photographe Eric Legret, la metteuse en scène Sophie Hoarau et la réalisatrice Oona Spengler, Maya part à la recherche de danseurs.euses frustrés.ées, professionnels et amateurs, danseurs de salons ou de scènes, danseurs traditionnels ou contemporains…

Ce spectacle sera une invitation à une danse collective, une ode à la vie retrouvée, une célébration nécessaire.

(En création)

Interprétation Maya Le Strat

Photographies Eric Legret

Mise en scène Sophie Hoarau

Vidéo Oona Spengler

Musique Fleuves

Durée 1h

Tout public


CAFÉ-GÂTEAUX-CRÊPES

En entrant, le public découvre Rozenn et Maya déjà affairées dans leur « cuisine », pimpantes dans leurs robes des années 50, elles accueillent et installent chaque personne.

Souriantes et complices, elles commencent à deviser avec le public autour de cet instant unique, gourmand et joyeux que représente ce fameux « goûter ».

En breton, en français, ça papote et ça chante, jusqu’à ce que l’horloge sonne : quatre heures !

Alors en parfaites maîtresses de maison, Maya et Rozenn apportent les cafetières fumantes et les assiettes de lichouseries.

Le café coule dans les tasses, les crêpes n’attendent plus que de faire trempette, et les petits gâteaux se font plus appétissants que jamais !

Pendant que leurs invités dégustent, une tasse de café à la main elles disent des poèmes, racontent des histoires, et dansent en chantant des airs bien connus…

Une fois les tasses vides et les doigts léchés, chacun repart avec le ventre plein, des refrains dans la tête, sur les lèvres encore un peu de chocolat, et un sourire…

Avec Rozenn Talec

Regard Extérieur Gérard Delahaye

Durées 50 min ou 1h15

Tout public

ARTICLES DE PRESSE

Ouest-France 18/12/2021

Le Télégramme 11/03/2019

Le Télégramme 02/10/2018

Ouest-France 19/12/2018

Le Télégramme 09/10/2020


LE BUREAU DES AMOURS PERDUES

Le monde que nous connaissons n’existe plus. Nos républiques démocratiques ont laissé place à un régime totalitaire, un pouvoir unique qui seul, pense et décide pour le peuple.

Afin de pouvoir diriger sans peine, cette autorité a banni l’amour et toute émotion forte, susceptibles de conduire la population à des comportements déviants et incontrôlables. Les gens vivent ainsi dans une illusion de bonheur, avec dans le cœur un électrocardiogramme plat.

Le pouvoir unique met tout en œuvre pour qu’aucun souvenir de l’ancien monde ne subsiste. Toute archive est détruite.

Nos deux personnages travaillent dans l’un de ces bureaux de destruction d’archives. Leur mission quotidienne est simple : broyer des dossiers jugés «inutiles » et « obsolètes ». Seulement, elles vont finir par découvrir le contenu des dossiers. Commence alors leur réveil, une (re)prise de conscience douloureuse qui va les mener à se battre pour le droit d’aimer, de penser et de se souvenir.

Interprétation Loeiza Beauvir & Maya Le Strat

Regards extérieurs Norbert Aboudarham, Nigel Hollidge et Julien Stéphan

Durée : 1h

Tout public


ON CONNAIT LA CHANSON

Ce soir, Colette, une femme qui a vécu dans les années 50 est invitée sur scène pour raconter son histoire.

Colette est intimidée, elle n’a jamais fait ça. Alors pour se sentir moins seule devant le public, elle a apporté des objets qui comptent…

Après s’être présentée, elle s’installe dans son fauteuil, boit un petit coup pour se donner du courage, et l’air de rien, commence à dérouler le fil de sa vie. On y découvre des anecdotes souriantes et des histoires émues.

Sur sa table chaque objet est lié à un souvenir, chaque souvenir à une chanson.

Seul-en-scène écrit, interprété et mis en scène par Maya Le Strat, inspiré de ses collectages.

Durée 1h

Tout public




Crédit Photo Éric Legret